Vous avez peur d’être seul

Je reçois Joël depuis un an et demi. Son évolution est manifeste professionnellement, moins émotionnellement. Il n’a eu de cesse de remplir son agenda, de solliciter des nouveaux rendez-vous, d’être à ce point occupé qu’il, me dit-il un jour, ne trouverait peut-être plus le temps de venir à nos séances. A mesure qu’il se renforce, Joël voudrait bien ne pas vivre émotionnellement ce qui est tapi en lui. Il se sent exister quand il est dans l’action, quand son corps est en mouvement. Joël fait parti de ces hommes qui se veulent puissants, qui réussissent brillamment professionnellement et, par peur de découvrir leur vulnérabilité, font tout pour s’éloigner d’eux-même. Son besoin de reconnaissance le pousse à toujours aller de l’avant, à être le meilleur, celui que l’on va vanter. Joël comprend petit à petit que son besoin de réussite cache une peur souterraine qui l’empêche de se sentir libre. Le vide intérieur (parmi les nombreux symptômes qu’il peut engendrer) conduit de nombreuses personnes à toujours être dans l’action. Il vous faut prévoir des rencontres, des sorties, des dîners, en quelque sorte ne pas avoir de temps libre et surtout de temps libre rien que pour vous. Vous êtes stressé à l’idée de passer quelques jours seul. Souvent, vous ne vous en rendez pas compte, vous êtes habitué à remplir votre temps. La peur de la solitude est inconsciente parce qu’elle s’est inscrite dans la petite enfance. Vous avez été seul trop souvent, trop longtemps. L’enfant en vous a développé une angoisse de la solitude. Adulte, vous vivez avec cette angoisse de l‘enfant qui, pour rien au monde, ne voudrait revivre cette insécurité. Être seul signifie stress, peur, effondrement, vide intérieur… L’adulte que vous êtes trouve ainsi différentes façon d’éloigner cette angoisse. Vous allez travailler beaucoup, vous vous laisserez accaparé par votre vie de famille, enfants, conjoints, vous direz que vous n’avez plus de temps pour vous. Inconsciemment, vous faites tout pour ne pas avoir un seul espace de disponible, quitte à vous en plaindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *